Avertissement: Consultez obligatoirement votre médecin traitant en matière de santé.

Atelier vidéo gratuit ▶ Tomber enceinte naturellement

La plupart des couples décident d’avoir un enfant dans un futur plus ou moins précis.

Cependant, certaines femmes, désirant procréer, ont malheureusement une difficulté à repérer la date de leur ovulation à cause par exemple d'irrégularité dans leur cycle ou à cause d'un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

La stimulation ovarienne est un traitement qui va donc permettre d'obtenir une ovulation de qualité en stimulant les ovaires.

Stimulation ovarienne : ce qu'il faut savoir sur le protocole !

Quelles sont les deux types de protocole pour la stimulation ovarienne ?

Se basant sur un traitement hormonal, la stimulation ovarienne s’effectue de deux manières.

D’une part,premièrement, le traitement d’induction d’ovulation simple consiste à stabiliser le cycle menstruel pour pouvoir repérer précisément la période d’ovulation.

Cette méthode est préconisée dans les situations de troubles ovulatoires tels que la dysovulation ou l’anovulation. Cela est généralement dû à un syndrome appelé syndrome des ovaires polykystiques ou à cause du surpoids.

D’autre part, deuxièmement, la stimulation ovarienne par injection de médicament peut précéder un protocole d’AMP impliquant une insémination utérine (IUU).

Ceci consiste donc à programmer le moment de l’ovulation pour prévoir le contact avec les spermatozoïdes.

Ce protocole de stimulation comprend aussi la FIV.

Qu'est ce que le protocole de stimulation ovarienne simple ?

Ce protocole a pour but de stimuler la croissance des follicules pour obtenir la maturation des ovocytes.

Il se caractérise par des traitements à base d’anti-œstrogène (pour favoriser la sécrétion de GnRH) et de gonadotrophines composés de FSH (qui, favoriseront la croissance des ovocytes).

La GnRH (hormone gonadotrophines hypophysaires) est l’hormone qui va engendrer l’élévation du taux de FSH et de LH.

Cela entraînera l’arrivée de l’ovulation dans une courte durée.

La pompe à GnRH est d’ailleurs aussi utilisée en cas d’anovulation pour stimuler la sécrétion de FSH et de LH.

La metformine, généralement employée contre le diabète, est également sollicitée pour son rôle d’inducteur d’ovulation.

Elle est surtout conseillée pour les femmes atteintes de surpoids et pour prévenir de l’hyperstimulation ovarienne.

En quoi consiste le protocole AMP d’une stimulation ovarienne ?

La stimulation ovarienne peut être effectuée dans le protocole d’AMP (Assistance Médicale à la Procréation) qui fait recours à une insémination artificielle.

L’AMP ou FIV (Fécondation In Vitro) se réalise en trois phases.

D’abord, la phase de blocage qui a pour objectif de bloquer l’hypophyse pour la mise en repos des ovaires.

Ensuite, deuxième phase, la phase de stimulation ovarienne est composée d’un traitement à base de gonadotrophines pour favoriser la croissance des follicules.

Enfin, troisième phase, le déclenchement de l’ovulation se manifeste par l’apparition de follicules matures.

Cela signifie donc que l’ovulation s’est produite.

Cette phase résulte d’une injection de HCG ou d’une injection de LH recombinante (surtout pour les cas présentant des risques d’hyperstimulation).


Porter un enfant en soi est le désir de toutes les femmes souhaitant devenir mère un jour. En plus des stimulations ovariennes, il existe d’autres conseils naturels et pratiques pour tomber enceinte rapidement. Pour en savoir plus, consultez cet atelier de vidéo gratuit.


ATELIER VIDEO GRATUIT: Inscrivez-vous pour découvrir les 4 erreurs qui vous empêchent de tomber enceinte naturellement (l'erreur 2 va vous surprendre).

Lire aussi :

L'article précédent : Désir de grossesse : la solution homéopathie ?

L'article suivant : Tocophobie : comment surmonter sa peur de tomber enceinte ?